La Compagnie Bretonne du poisson, un savoir-faire familial au service d’une marque tournée vers l’avenir

Après un séjour à la pointe du Finistère, en Pays bigouden Sud, le coffre de ma voiture s’alourdit toujours de mes produits locaux favoris. Parmi ceux-ci figurent les excellentes conserves de la Compagnie Bretonne du poisson.

Une échappée au grand air en ces jours de congés de Toussaint 2017, m’a donné prétexte pour une visite aux ateliers de la conserverie. Situés sur le port de Saint Guénolé, à trois kilomètres à peine du  phare d’Eckmühl, c’est, de plus, une jolie balade que je vous conseille si vous faites du tourisme dans la région.

Une histoire et un esprit de famille

La Compagnie Bretonne du poisson c’est avant tout une belle histoire de famille. Si Jean-François Furic a fondé l’actuelle usine en 1998, il était déjà porteur de son expérience dans le groupe familial et de l’héritage de ses père et grand-père en matière de conserverie traditionnelle. C’est en effet en 1923, au Guilvinec, autre port des environs, que fut lancée l’activité de cette lignée de conserveurs. Aujourd’hui, l’atelier de Saint Guénolé est dirigé par la quatrième génération, représentée par Sten et Maria Furic.

Sourire et prévenance ont accueilli nos premiers pas dans les bâtiments de cette conserverie qui emploie soixante personnes dont quarante cinq en production. J’ai tout de suite ressenti cette atmosphère “esprit de famille” qui caractérise les structures à dimension humaine. Elle est d’autant plus marquée en ce lieu que la main de l’homme, ou devrais-je dire plutôt ici de la femme, est essentielle.

Pris en charge par notre guide du jour, nous avons été invités à nous asseoir dans une petite salle obscure pour une présentation, nourrie d’échanges, de l’enseigne et de ses activités. S’en sont suivies une visite des ateliers et une dégustation dans le magasin de la conserverie. J’en profite pour remercier notre hôtesse pour ses explications détaillées que je partage avec vous dans les lignes qui suivent.

Les fondements identitaires de la Compagnie Bretonne du poisson

Le respect de la saisonnalité des pêches

Maquereaux comme sardines font l’objet de campagnes de pêches aux périodes où ils présentent, pour la Compagnie, le taux optimal de matière grasse, garantit par des contrôles réguliers sur les poissons. Entendez par là que le conserveur a à cœur de satisfaire l’appétit des consommateurs avec des poissons dont la chair sera fondante en bouche et savoureuse à souhait.

Alors que les bolincheurs de Concarneau, du Guilvinec ou de Douarnenez s’affairent, de fin juin à octobre pour la pêche aux « demoiselles », c’est en mer celtique que les bateaux hauturiers font les yeux doux aux bancs de maquereaux, et cela de décembre à mars.

Pour l’anecdote, si vous voulez prendre connaissance du curriculum vitae des sardines qui feront bientôt un dernier voyage vers votre estomac, vous trouverez, inscrits sur leur écrin métallique, les noms du bateau auteur de sa pêche et du port où elles ont débarqué avant d’être mises en boîte. Un bel exemple de traçabilité !

La perpétuation d’un savoir-faire traditionnel local

Témoignage des techniques et savoir-faire d’antan, le filetage des maquereaux est effectué aux ciseaux par les opératrices à l’habileté éprouvée (l’apprentissage du geste aura duré entre 3 à 6 mois). Il en est de même pour les sardines, dont découpe, et emboitage sont faits manuellement, à l’ancienne. Ce travail artisanal d’une matière première particulièrement délicate préserve la qualité gustative des produits.

Une association subtile entre vision moderne et héritage du passé

Bien que la sardine soit le produit emblématique de la marque, la Compagnie Bretonne du poisson a su s’adapter non seulement aux nouvelles exigences de goûts de la clientèle mais également au développement de ses habitudes de consommation. Elle propose ainsi une large gamme de conserves, déclinée en rillettes, émiettés, soupes, plats cuisinés, à base de poisson bleu, thon blanc germon, et autres espèces entrant notamment dans la fabrication de la très goûteuse soupe de poissons nature ou à l’algue wakamé.

Cette marque résolument moderne a tout récemment troqué son précédent logo pour une nouvelle identité visuelle que, personnellement, je trouve plus dynamique et actuelle.

A noter par ailleurs que depuis 2015, la Compagnie Bretonne du poisson sort chaque année de ses lignes de production des boîtes de sardines illustrées par des artistes bretons locaux. Un bel hommage rendu à cette rencontre improbable du savoir-faire traditionnel et de la veine créative contemporaine.Mais dépêchez vous ces boîtes sont en série limitée !

Alors, tentés par une dégustation ? Vous trouverez les produits de La Compagnie Bretonne du Poisson dans les huit boutiques de la marque principalement situées en Bretagne, dans certaines enseignes d’épicerie fine, mais aussi en vente par correspondance sur leur site et à travers toute la France dans le cadre de salons et foires. Cerise sur le gâteau, l’enseigne vous suggère quantité de recettes pour sublimer ses produits.